France Cannon, initiatrice du Self Love Club

France Cannon, initiatrice du Self Love Club

Elle s’appelle Frances, elle a grandi en Thaïlande et elle vit aujourd’hui à Melbourne. Frances dessine, peint, se photographie, se tatoue, et clame haut et fort qu’elle aime son corps, même s’il « ne correspond pas forcément aux modèles imposés par les dictats des magazines »… Si on en parle aujourd’hui, c’est parce que depuis quelques semaines, elle fait trembler la toile avec son Self Love Club, et nous autres naturistes, on ne peut qu’adhérer ! L’artiste australienne n’a pas peur de se mettre à nu et de partager ses clichés sur son profil Instagram. Plus encore, l’ensemble de son travail s’inscrit dans une démarche féministe assumée et encourage à apprécier le corps comme il est, dans sa beauté originelle. Découvrons le travail inspiré de cette Frances Cannon !

Un talent pluridisciplinaire

Prolifique et particulièrement inspirée, Frances Cannon n’a pas froid aux yeux, et elle le montre  par les thèmes qu’elle aborde, de la sexualité à l’apparence physique en passant par l’acceptation de soi. Les tracas quotidiens de la femme ne sont pas en reste, et les péripéties des cycles menstruels accaparent une place dans le choix dans l’œuvre de Frances. Pareil à ce quotidien qui se veut porteur de défis toujours plus nombreux, de peurs et de soucis toujours persistants et de complexes parfois troublants, l’artiste varie les plaisirs et va de l’illustration à la performance scénique, de l’animation à la peinture, du tatouage ou à la photographie…  Le corps est beau, il faut l’aimer, et c’est bien là ce qui anime notre artiste !

Un message clair et sans détour

Avec un style clairement assumé, simpliste mais efficace, Frances Cannon n’a pas peur de heurter les consciences. D’abord attirée par l’illustration, il ne lui faut rien de plus qu’un bout de papier et un stylo pour laisser libre court à son imagination! Il suffit de se pencher sur son site personnel pour voir qu’elle en a des choses à dire…

Sa ligne directrice ? Montrer la femme dans son plus simple appareil, et surtout dans ce qu’elle a de plus beau, sans filtre. Nues, rondes, heureuses, tristes, dansantes, accroupies, se livrant à des plaisirs charnels… les femmes qu’elle crée sont toutes porteuses d’un message fort, matérialisé par un petit texte qui accompagne l’illustration. Porteuse d’un message d’amour et de courage, Frances Cannon se veut soucieuse de ces nombreuses femmes qui subissent les modèles des magazines, balayant par une esquisse de crayon les « trop grosse pour ce monde », « trop moche pour cette époque » et autre  « moins de toi serait plus beau »… Ainsi, l’illustratrice, femme avant tout, sait qu’être acceptée dans ce monde avec ses formes et ses défauts est une tâche ardue. Elle propose ainsi de diffuser des messages forts, comme "Be kind to yourself. Be kind to others. Enjoy your life, it’s the only one you’ve got" (« Sois gentille avec toi-même. Sois douce avec les autres. Profite de ta vie, c’est la seule que tu as. »). La jeune femme tient un discours qui n’est pas sans rappeler les préceptes même du naturisme. The Nu Project de Matt Blum et Katy Kessler dont nous avions déjà parlé il y a quelques semaines s’inscrit également dans cet esprit.

Le Self Love Club

On l’aura compris, Frances Cannon est une artiste, une femme, un porte-parole et surtout une amoureuse du corps dans son authenticité. L’artiste pourrait bien devenir une égérie du naturisme, en atteste son Self Love Club (« Club de l’amour-propre ») tatoué sur plusieurs parties de son corps. 

Crédit photo : francescannonart.com

 
Voter pour cet article: 
5
Average: 5 (1 vote)
237 vues

Ajouter un commentaire


Soumis par CHM le ven, 09/30/2016 - 16:12