Naturisme et féminisme : la fin du corps objet ?

Naturisme et féminisme : la fin du corps objet ?

D’aucuns diront, pour asseoir leurs convictions en matière de pudeur, que le naturisme, qui pour eux n’aborde que la nudité sans autre forme de réflexion, dessert la cause des femmes, et par là même le combat féministe. Surexposition du corps de la femme, médiatisation à tout va au cœur de publicités outrageuses, usage contestataire et politique avec des sit in nus ou encore scandales des médiatiques Femen, force est de constater que la nudité aujourd’hui n’est pas toujours abordée sous l’angle du respect et de la pertinence. Dans l’univers du féminisme où la femme objet, pilier des valeurs d’une société archaïque, est largement contestée, le naturisme en tant qu’art de vivre assumé aurait il un rôle à jouer ? Très certainement…

Sois belle et tais-toi !

Dans une société en proie à des préoccupations majeures d’égalité des sexes et de pseudo modernité à l’occidentale, la question du respect du corps ne semble pourtant pas vouloir s’inviter au débat. En effet, si l’on se penche sur l’utilisation à outrance du corps de la femme par les médias, la moins militante des féministes en arrivera à mettre en lumière un renforcement notable de l’objectivation de la femme, qui, même si elle a su s’affranchir de son étiquette de parfaite ménagère, n’en est pas moins hissée à un rôle fortement sexué, et non mois dégradant : celui d’une poupée de cire.

 Au pays du Sois belle et tais toi, la nudité devient, à bien mauvais escient, un outil de propagande pour se faire entendre, en faisant fi, à son insu, du respect dans ce qu’il a de plus élémentaire. Bien loin des valeurs du naturisme, associé à tord à certaines formes de militantisme exacerbé se servant du nu comme d’un vecteur d’information et de médiatisation, le corps de la femme ne lui appartient plus pour tomber avec tristesse dans le domaine public loin de toute forme d’individualité. Face à ces femmes objets, les naturistes au féminin crient haro sur la surexploitation et la sur-médiatisation de ce qu’il y a plus précieux : le soi !

On ne naît pas femme on le devient

Dans la pensée naturiste, la nudité revêt un tout autre sens, tout d’abord dans ce qu’elle exprime : la liberté d’être soi. Nudité choisie, assumée et affirmée, celle du naturisme se veut bienveillante, épanouissante et affranchie de toute forme de provocation. Face à un art de vivre replaçant le corps féminin dans son essence, le sens de la nudité reprend ses droits.

Cohésion avec l’environnement, osmose avec les différents éléments, aide à l’acceptation de soi mais également sentiment de plénitude et respect de son propre corps comme de celui d’autrui, le naturisme au féminin se veut libérateur, en comparaison du regard jugé agressif porté de manière générale sur le corps nu exposé dans un environnement opposé aux valeurs du naturisme.

Sans contredit, et au vu de valeurs fondatrices, naturisme et féminisme se ressemblent dans ce qui est de la réappropriation de son corps , en encourageant, de différentes façons à être soi, à s’aimer et à offrir son corps au bien être. Venez nous donner votre avis…

Voter pour cet article: 
1
Average: 1 (1 vote)
1723 vues

Ajouter un commentaire


Soumis par CHM le ven, 04/17/2015 - 10:59