Thermothérapie : quand la chaleur guérit

Thermothérapie : quand la chaleur guérit

Déjà prisés par nos ancêtres, les soins par la chaleur continuent de faire les beaux jours des sportifs et autres aficionados du bien-être au naturel. Si la bouillotte reste l’illustration la plus courante de la thermothérapie, la déferlante high-tech a repoussé les champs des possibles et remet cette technique médicale au goût du jour. Décryptage…

Des effets antalgiques et régulateurs

Une élévation locale de la température permet d'activer la circulation sanguine à un endroit précis et d’y faciliter les échanges cellulaires. En plus de son effet antalgique immédiat, la chaleur soulagera un muscle douloureux, et favorisera la régénération cellulaire tout en optimisant le débit sanguin. Dans l’absolu, la thermothérapie inclut l’ensemble des soins qui reposent sur la variation de la température par hyperthermie mais aussi par hypothermie. Cette technique médicale est très prisée par les chirurgiens (orthopédie, rhumatologie, chirurgie dentaire) et les médecins spécialisés dans la rééducation fonctionnelle (médecine du sport, médecine esthétique, dermatologie).

La thermothérapie 2.0

Au-delà de la traditionnelle bouillote, de nombreuses préparations tirent profit des bienfaits de la thermothérapie. En effet, des patchs chauffants aux gels de massage, les produits relaxants sont le plus souvent composés de camphre et de menthol et délivrent une chaleur optimale lorsque leur application est accompagnée d’un massage adéquat. Depuis quelques années, il est également possible de soulager les douleurs musculaires grâce aux lumières infrarouges à l’occasion de séances de kinésithérapie. Grâce à de petites lampes diffusant des rayons chauffants, le médecin peut cibler la zone douloureuse avec précision et moduler l’intensité selon la gravité de la contracture, afin de rendre le muscle plus réceptif aux soins qui lui seront prodigués en aval.

Crédit photo : James Petts

Voter pour cet article: 
5
Average: 5 (1 vote)
958 vues

Ajouter un commentaire


Soumis par CHM le ven, 05/20/2016 - 12:00