La photographie de nu, des débuts à nos jours

La photographie de nu, des débuts à nos jours

Le corps nu a, depuis les temps les plus reculés, fasciné les artistes de tout bord. Sculpteurs, peintres et littéraires rivalisaient pour célébrer le corps et le représenter dans son état originel, en témoignent les œuvres qui nous sont parvenues des civilisations anciennes, notamment égyptienne, grecque et romaine. Des représentations préhistoriques du corps humain nu peuvent même être aperçues sur les parois peintes des grottes et dans la statuaire préhistorique. Si le nu masculin prévalait dans l'Antiquité, en particulier chez les Grecs, la tendance s'est aujourd’hui inversée, érigeant le corps féminin au statut de muse ultime. C’est donc en toute logique que la photographie s’est portée sur le nu, dès ses premiers balbutiements, au milieu du 19e siècle.

Les débuts de la photographie de nu

Manne inépuisable de par sa beauté, sa singularité et sa perception de matérialisation de l’âme, le corps nu n’a cessé d’inspirer les artistes photographes dès l’invention de la photographie en 1839. Hippolyte Bayard, un des inventeurs de la prouesse technologique qui a permis de « créer des images sans l’action de la main », fut le premier à réaliser une mise en scène d’un corps nu… le sien ! Cet autoportrait, curieusement intitulé « la Noyade », date de 1840, soit moins d’un an après l’invention de la technique. En réalité, les artistes de l’époque utilisaient la photographie de nu comme esquisses pour leurs tableaux et dessins. L es « nus » dont dispose le musée d’Orsay illustrent parfaitement cette astuce : des carrés de mesure ont été tracés sur ces croquis dans le but d’aider l’artiste peintre à les reproduire en plus grand sur une toile. Des daguerréotypes anonymes montraient déjà des femmes dénudées ou légèrement vêtues, qui devaient à terme faire l’objet d’une peinture. Les photographies obtenues à cette époque étaient soigneusement gardées, à l'abri des regards indiscrets, par crainte de la censure, mais aussi du vol. Les photographes faisaient alors appel à des prostituées, car les personnes « de bonnes mœurs » refusaient de poser nues pour des clichés, et pour cause. La photographie de nu a longtemps été assimilée à un sous-genre de l’érotisme, sans doute parce qu’elle mettait principalement en scène des femmes dénudées. Fort heureusement, cette image fut dépassée au fil du temps, bien qu’elle subsiste dans certaines contrées conservatrices.
Au milieu du 20e siècle, dans le dessein d’éluder la censure qui sévissait dans une société pudibonde, une poignée de magazines ont eu la brillante idée de noyer des clichés « érotiques » dans un lot de photos artistiques. Les représentations de nus étaient alors présentées au public comme étant d’intérêt artistique. Cette période fut en effet l’une des plus prolifiques pour l’art nu. Avec l’avènement de La Nouvelle Vision et du Surréalisme, les artistes, quel que soit le courant auquel ils appartiennent, échangent leurs idées et inventent de nouveaux styles, de nouvelles techniques et surtout de nouvelles perceptions de la photographie, ce qui conduira à terme à la démocratisation de la photographie du nu comme un pilier du 8e art.

Les grands noms de la photographie de nu

Très en vue dans les années 1980, le photographe et réalisateur britannique David Hamilton est notamment connu pour ses mises en scènes éthérées de corps nus féminins, en couleurs et en noir et blanc. Il est aujourd’hui reconnu comme un acteur majeur de la renaissance contemporaine de la photographie d'art. A cette période, le studio était un luxe inaccessible et la maîtrise des éclairages demeurait réservée à une élite vertueuse. De nombreux ouvrages de spécialités voient le jour, permettant ainsi de vulgariser les techniques de la photographie de nu.
Lucien Lorelle, l’un des grands photographes du début du 20e siècle, est l’auteur de l’illustre ouvrage « Photos et propos sur le Nu », qui l’a consacré comme un grand nom de la photographie de nu.
Traumatisé à l’âge de 6 ans suite à un terrible accident de voiture dont il a été témoin, l’américain Joel-Peter Witkin commence à prendre en photo des personnes au physique particulier (handicapés, surpondérés…). Les mises en scène du photographe sont une réinterprétation gothique contemporaine du nu.
Quant à l'américain Spencer Tunick, il préfère photographier des masses de corps nus, en misant sur le spectaculaire pour attirer l’attention du spectateur et faire passer le message. Il est principalement connu pour ses compositions qui mettent en scène des centaines de volontaires, tous âges et sexes confondus, posant nus, la plupart du temps dans des lieux urbains.
Le photographe Finlandais Arno Rafael Minkkinen a tout simplement réinventé l’autoportrait, en photographiant son corps, nu, qu'il met en scène dans des paysages variés de sa Finlande natale. Il faut dire que les pays scandinaves chérissent le naturisme libérateur et le culte du corps dès le début du 20e siècle.

La photographie de nu France ?

La France a reconnu la photographie comme un Art à part entière dès 1862. En 1902, Émile Bayard publie « Le Nu esthétique », la fameuse série mensuelle de fascicules où il met en scène des femmes et des hommes sous diverses postures artistiques. Le photographe Pierre-Jean Amar, autre figure de proue du nu artistique français, joue avec la lumière pour mettre en valeur les formes du corps féminin et évoquer sa sensualité. De son côté, le photographe plasticien Jonathan Abbou met en scène des modèles nus féminins dans des contextes surréalistes, dégageant une impression d'étrangeté et de bizarrerie. Ses photographies s’apparentent à de curieuses séquences oniriques.
Plusieurs manifestations et expositions sont dédiées la photographie de nu sur le Vieux Continent, mais le Festival européen de la photo de nu, organisé chaque année à la fin de l’hiver à Arles, reste la plus importante manifestation consacrée à ce genre. L’événement permet au public de découvrir de nombreuses expositions de photographes de nu de renom, sans que la censure ne se mêle à la fête...

Crédit photo : Emilio del Prado

Voter pour cet article: 
5
Average: 5 (1 vote)
2731 vues

Ajouter un commentaire


Soumis par CHM le ven, 04/08/2016 - 14:59